La famille Bélier

J’ai vu la bande-annonce plusieurs fois. J’ai eu des frissons et la gorge qui se nouait à chaque fois. Je savais qu’il fallait que j’aille voir le film. Avec le Prince Boulet, on s’est engouffré dans la Boulet-mobile, direction le cinéma. On savait qu’on allait rire, qu’on allait être émus, qu’on allait aimer sans doute…

La famille Bélier, comme un bélier, c’est l’histoire de cette famille d’éleveurs de vaches laitières. Ils fabriquent et vendent leurs fromages. Ils sont le papa, la maman, le petit frère et Paula, la grande sœur, la seule de la famille à ne pas être sourde. C’est elle qui parle à la place des autres, au téléphone, sur le marché, chez le gynéco…  Autrement, c’est une ado comme les autres, qui choisit de s’inscrire à la chorale pour être dans le même cours que le beau gosse du lycée. C’est là que tout commence. Le prof de chant découvre sa voix et tente de la convaincre de passer le concours d’entrée de Radio France à Paris… Loin de sa famille et de ses obligations.

Je m’arrête là pour le synopsis. Jusqu’ici, tout est dans la bande-annonce, rien d’extraordinaire. Ce qui l’est plus, c’est par exemple, le jeu d’acteur de chacun : François Damiens, et surtout Karin Viard en sourds-muets, ça vaut le détour ! Ils sont impressionnants de naturel, touchants, agaçants, drôles, émouvants au possible. De vrais parents, de vrais fermiers, de vrais sourds. Un régal. Louane Emera est attachante, rigolote, elle nous renvoie à notre propre adolescence, quand on avait parfois un peu honte de nos parents, à nos petits secrets entre copines. Un rôle sur mesure, elle signe et joue très bien, elle est à l’aise devant la caméra… Et elle a une voix sublime, doublée d’une sensibilité folle !

Les paysages sont splendides, l’histoire se déroule simplement, joliment, doucement. Il y a des moments drôles, des moments très émouvants, des moments gênants… Il y a de tout dans ce film, et c’est une merveille. Chapeau !

Petits bonheurs #5 & #6

Il n’y en a pas eu le week-end dernier, pour cause de manque de temps… Voici mes petits bonheurs des deux semaines passées :

  • Ça décolle professionnellement : j’ai rencontré la dirigeante d’une asso, et je vais me charger de l’organisation d’une exposition photos en marge d’un gros événement caritatif. Je dois gérer sept photographes, entre cinq et huit lieux d’expo différents, et j’ai carte blanche pour tout. Une confiance totale de la part de tout ce petit monde. Il y aura une belle couverture médiatique, pas mal de rencontres, des échanges, des partenariats, bref, que du bonheur ! Et pas mal de pression aussi, ahah !
  • P*le Empl*i me verse enfin mes indemnités !! Et ça, c’est super cool ! Quant à ma banquière, on est de nouveau in love together, elle et moi. Et ça, ça n’a pas de prix, vraiment !

Et puis, j’ai commencé à lire le premier tome de Game of Thrones, l’Hippo resplendit de plus en plus, le Prince Boulet nous supporte toujours moi et mes blagues pourries, mon spectacle s’écrit petit à petit, mon expo se monte tranquilou… Je vous raconterai tout ça en détail le moment venu ! En attendant, tout à ma crève, je vais m’enfouir sous ma couette !!

52petitsbonheurs

52 photos pour une année : #6 Par la fenêtre

Cette semaine a débuté sur les chapeaux de roue ! Des tas de trucs à faire, je cours dans tous les sens, professionnellement, c’est le pied total, niveau théâtre -professionnellement bis, ou presque- ça roule, je m’éclate, je ne sais plus où donner de la tête, c’est génial. Quand tout à coup : paf ! Je descend mes trois étages en petites foulées pour aller chercher un colis tant attendu, je remonte ces mêmes trois étages avec la même énergie, et me rends compte une fois chez moi que j’ai le souffle coupé et les jambes cotonneuses…

Je pensais que la grippe ne passerait pas par moi, je crois que je me suis bien fourré le doigt dans l’œil, et jusqu’au coude en plus ! Du coup, pas de publication cette semaine, ou si peu…

Nous ne sommes que vendredi, je n’ai pas encore trop de retard, ça va. Sans plus attendre, le thème de la semaine proposé par Carole :

p15sem6

Ma photo à moi, elle ressemble beaucoup à une autre que j’ai posté il y a quelques mois… Il s’agit de la vue depuis la fenêtre de la cuisine du Prince Boulet. J’adore cette vue, je ne m’en lasse pas. C’est paisible, ça fait du bien, c’est beau. Je scrute les murs en me demandant quelle vie on pouvait avoir en ce temps-là, comment on s’occupait, ce qu’on se racontait, les jeux, les nuits d’hiver, les fêtes…

#6 par la fenêtre

Les autres photos en cliquant >> ici << -C’est moi où il y a de plus en plus de participants ??-

J’suis toujours là !!! Mais j’ai pas l’temps !!!
J’ai des p’tits bonheurs dans mes sacoches, des bouquins, des films, des photos, des trucs chouettes, des blagues, tout ça tout ça… Je reviens vite !!!

52 photos pour une année : #5 Racines / Roots

Je suis très très occupée cette semaine, il y a un gros boom niveau boulot, plein de trucs qui se mettent en marche, et du coup, moins de temps pour m’occuper de mon blog. Mais comme je tiens vraiment à suivre ce challenge, je m’aménage dès à présent une petite pause pour vous…

Cette semaine, le thème proposé par Carole m’a donné du fil à retordre… Et puis, mardi, j’ai trouvé. En fait, la photo que je vous propose aujourd’hui, je voulais l’utiliser pour le thème « beau, belle, beauté #10″… Et puis, finalement, voilà…

p15sem5

Cette photo, c’est une photo de photo. Je l’ai prise l’été dernier, lorsque je suis allée dans les Deux-Sèvres fêter les 94 ans de ma grand-mère. Une grande partie de ma famille était rassemblée, certains logeaient dans la maison de ma grand-mère, d’autres, comme l’Hippo et moi-même, ont loué le gîte situé dans la rue juste à côté. -Imaginez-nous le matin, dans la rue, les cheveux en vrac, en pyjama, en train de rejoindre la grande tablée installée dans le salon de ma grand-mère… C’est drôle, n’est-ce pas ? Ça va que c’est un minuscule village !!-

Ma grand-mère, c’est quelqu’un que j’admire beaucoup. Elle est tout petite mais ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle a vécu la plus belle histoire d’amour du monde avec mon grand-père, parti paisiblement il y a quelques années. Aujourd’hui, elle perd la boule. La mémoire à long terme fonctionne bien, mais on peut lui répéter douze fois la même chose en l’espace d’une heure, elle ne s’en rendra pas compte. Et elle posera inlassablement les mêmes questions, parce que ça l’intéresse vraiment ce qu’on lui dit. Elle n’arrive juste pas à s’en souvenir…

Mon papi, il m’attirait à lui dans le salon, et il me chantait une chanson au creux de l’oreille. Je devais la répéter à voix basse, puis une fois que je la maîtrisais, aller la chanter à ma mamie, dans la cuisine. A peine avais-je commencé les premières notes que j’entendais mon papi pouffer dans la pièce d’à côté et ma mamie fulminer devant moi : elle avait horreur de cette chanson.

Mon papi, il allait acheter le pain chaussé de ses pantoufles. Ma mamie, elle nous donnait de l’argent pour qu’on y aille, et on avait le droit de s’acheter quelques bonbons avec la monnaie qui restait. Ma mamie, elle m’a donné sa recette magique pour faire d’excellentes tomates farcies. Et puis elle m’a aussi dit qu’elle savait que je n’avais pas le temps ni l’envie de cuisiner moi-même ma soupe, alors elle m’a indiqué quelle marque de potage en brique je devais acheter. Je n’ai jamais acheté une autre marque que celle-ci.

Ma mamie, elle voulait « plier son parapluie » quand mon papi est parti. Elle est toujours là. Elle est toujours belle. Elle est toujours apprêtée quand il s’agit de voir du monde, elle se maquille et sort ses plus belles perles. Elle ne se souvient plus très bien de nos prénoms, de nos dates d’anniversaire, de son âge…

- On fête mon anniversaire, mes enfants, mais je ne sais même pas quel âge j’ai.

- 94 ans, mamie.

- Oh lala ! Il est grand temps que ça s’arrête !

- Tu as vu, mamie ? On est tous là pour toi…

- Dame ! C’est moi qui suis responsable de tout ça ?

Oui, mamie. C’est toi qui la responsable de tout ça. Une grande et belle famille…